Assemblée Parlementaire des Jeunes

PARLEMENT FRANCOPHONE DES JEUNES

Organisé en collaboration avec le Parlement suisse

Septième Session

Berne (Suisse), juillet 2015

Guide à l’intention des sections

Procédure de sélection

Décembre 2014

INTRODUCTION

Ce Guide d’information sur le Parlement francophone des Jeunes (PFJ) est destiné aux sections de l’Assemblée parlementaire de la Francophonie (APF) : présidents de parlements, de sections, parlementaires, secrétaires administratifs et fonctionnaires parlementaires. Il s’adresse également à toutes les personnes susceptibles d’intervenir dans le processus de sélection et d’accompagnement des participants au Parlement francophone des Jeunes.

Ce guide vise en particulier à :

  • présenter les conditions générales de participation au Parlement francophone des Jeunes (PFJ)
  • informer chacune des sections de l’APF de la procédure de sélection des jeunes en vue de l’organisation de la VIIe Session du Parlement francophone des Jeunes qui se tiendra à Berne en Suisse, en juillet 2015.
I. PRÉSENTATION DU PARLEMENT FRANCOPHONE DES JEUNES
A. Historique

Les chefs d’Etat et de Gouvernement de la Francophonie, réunis en septembre 1999 à l’occasion du Sommet de Moncton, ont pris la décision de créer un Parlement francophone des Jeunes (PFJ) et d’en confier sa mise en œuvre à l’Assemblée parlementaire de la Francophonie. Ce programme de coopération interparlementaire est majoritairement financé par l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF).

Ainsi, depuis 1999, 6 sessions du PFJ, regroupant des jeunes de l’espace francophone ont été organisées : à Québec (Canada) en 2001, à Niamey (Niger) en 2003, à Bruxelles (Belgique) en 2005, à Libreville (Gabon) en 2007, à Paris (France) en 2009 et à Abidjan (Côte d’Ivoire) en 2013.

Ces simulations parlementaires se tiennent généralement en marge de l’Assemblée plénière de l’APF. Instance décisionnelle de l’Assemblée parlementaire de la Francophonie, cette dernière réunit plus de 300 participants dont de nombreux Présidents d’assemblées et favorise les échanges entre les parlementaires de l’espace francophone. La concomitance des deux évènements, à laquelle l’APF est fermement attachée, permet ainsi un véritable échange entre les jeunes et les parlementaires venant de tous les horizons, les premiers étant notamment amenés à présenter leurs résolutions devant les différentes Commissions de l’APF.

B. Objectifs

L’objectif principal du Parlement francophone des jeunes est de réaliser une simulation parlementaire pour illustrer, avec les nouvelles générations, le modèle de la démocratie parlementaire, et former ainsi de véritables citoyens responsables au sein de l’espace francophone.

Pour ce faire, le PFJ donne l’occasion aux participants d’échanger et de débattre sur des problématiques politiques internationales. La réunion, dans un même lieu, de nombreux jeunes d’origines diverses permet également de créer des liens forts entre les nouvelles générations de l’espace francophone.

Donnant une voix à la jeunesse francophone, les sessions du PFJ sont l’occasion pour cette dernière d’exprimer ses attentes et ses aspirations sous forme de résolutions et de déclarations. De plus, afin que cette parole ne reste pas lettre morte, ces propositions sont présentées aux parlementaires de l’APF par les jeunes eux-mêmes, créant ainsi un véritable lien entre ces derniers et leurs représentants. Certaines de ces propositions pourront également être présentées aux Chefs d’Etat et de Gouvernement lors des Sommets de la Francophonie. Ainsi les textes adoptés en 2009 par le PFJ de Paris ont-ils été remis officiellement lors du Sommet de Montreux en 2010. De même lors du dernier Sommet de Dakar, les résolutions du PFJ d’Abidjan ont été remises au Secrétaire général de la Francophonie et au Président de la République du Sénégal.

Le PFJ permet enfin de susciter la création ou le renforcement des Parlements nationaux de jeunes dans les sections membres de l’APF.

II. PROCÉDURE DE SÉLECTION DES CANDIDATS

Les instances dirigeantes de l’APF ont décidé que, pour la VIIe Session du Parlement francophone des Jeunes, la responsabilité de la sélection des jeunes reviendrait à chacune des sections de l’organisation. Cette sélection devra toutefois s’effectuer dans le respect de critères prédéfinis par l’APF dont la liste explicative se trouve ci-dessous (âge, scolarité, rédaction d’un texte, appartenance à une organisation associative ou à un mouvement de jeunesse).

A. Appel à candidature

Dans les sections où un Parlement national des Jeunes (PNJ) est installé, ces dernières doivent IMPERATIVEMENT sélectionner des jeunes membres de cette structure pour participer au PFJ.

En l’absence de PNJ, les sections de l’APF diffuseront l’appel à candidature dans les principales structures de jeunesse de leurs pays (Conseil national de la jeunesse, universités, associations, mouvements de jeunesse, etc.)

Afin de faciliter le travail de promotion du PFJ par les sections, une affiche est fournie avec ce guide. Elle pourra être diffusée dans les lieux fréquentés par la jeunesse. Cette promotion pourra être complétée par des documents préparés par les sections.

Le Secrétariat général de l’APF encourage ses sections à mettre en place une procédure de recrutement claire, gratuite, et transparente.

B. Sélection

Il appartient à chaque section d’établir des règles complétant les modalités générales de sélection définies dans le présent guide. Il est néanmoins rappelé que l’objectif des modalités de sélection est avant tout de désigner des jeunes motivés et représentatifs de la jeunesse de leur pays. Chaque section devra, dès lors, mettre en place des modalités permettant de procéder à une sélection rigoureuse, objective et transparente.

a) Genre, âge et scolarité

La délégation représentant une section doit OBLIGATOIREMENT être composée de la manière suivante:

­D’une jeune fille et d’un jeune homme âgés de 18 à 23 ans, suivant un cursus scolaire ou universitaire ou provenant de l’enseignement professionnel ou de l’apprentissage ;

­ et appartenant à un mouvement de jeunesse, associatif ou de solidarité, y compris bien entendu l’éventuel Parlement national des Jeunes.

b) Capacité rédactionnelle

Afin d’évaluer les compétences rédactionnelles des candidats ainsi que leurs connaissances des enjeux internationaux, ceux-ci devront rédiger un texte de quatre pages maximum, portant sur l’un des thèmes choisis par les Présidents des quatre commissions permanentes de l’APF (Commission des affaires parlementaires, Commission de la coopération et du développement, Commission de l’éducation, de la communication et des affaires culturelles et Commission politique).

-A.« Comment, au XXIe siècle, susciter la participation active des jeunes à la vie politique et favoriser leur intégration au sein de nos parlements respectifs? »

-B.« Réinventer l’emploi en francophonie, le défi de la jeunesse. »

-C.«Est-il encore avantageux de se former et d’étudier en français ?»

-D.« La limitation du nombre de mandat des élus. »

Cette contribution devra suivre un modèle de type « Introduction-Développement-Conclusion» et permettre au jeune de faire partager sa réflexion personnelle sur le thème de son choix. Il est attendu des candidats qu’ils fassent preuve d’une certaine originalité dans les arguments et les positions défendues, d’une maturité dans le raisonnement et d’une expression correcte en français.

Au-delà de ce texte qui constitue une épreuve obligatoire de sélection, les sections sont libres d’organiser des épreuves complémentaires, telles qu’un entretien avec un comité de sélection ou un jury permettant d’évaluer les capacités d’expression des candidats, leur expérience personnelle et professionnelle et leur motivation.

c) Dossier de candidature

Le dossier de candidature qui devra parvenir aux sections comprendra obligatoirement les éléments suivants :

  • une photo récente ;
  • une fiche d’état civil ;
  • une preuve d’inscription dans un établissement d’enseignement secondaire supérieur, professionnel ou d’apprentissage ;
  • un descriptif du cursus universitaire ou scolaire avec mention éventuelle des diplômes obtenus ;
  • un justificatif de l’appartenance à un mouvement de jeunesse, associatif ou de solidarité ;
  • un texte dactylographié de quatre pages sur le thème retenu

Les dossiers de candidature seront envoyés aux adresses suivantes :

  • Assemblée nationale BP 704 Tsimbazaza – Antananarivo 101, pour les envois postaux
  • mail : contact@assemblee-nationale.mg, en fichier attaché.